A Propos

 

I. HISTORIQUE
La première régate organisée en Tunisie, entre Bizerte et Tunis, est rapportée par Le Figaro du 2 septembre 19391 :
« Cette première épreuve avait réuni au départ seize yachts de tous tonnages ; c’est dire que le succès a été complet. Malheureusement, après avoir favorisé le départ qui fut brillant, le vent, par la suite, fut quelque peu décevant et lâcha les concurrents, qui restèrent encalminés, qui au large de l’île Plane, qui sous le Rocher Pilau, pendant de longues heures. Après deux jours de course, la ligne d’arrivée fut coupée, successivement par Marc-Marie, Armor, Jojo, Tenace, Marivonne, Intermezzo, Calme et Trebeurdeur… »
Les skippers du Club nautique de Ferryville remportent les deux premières places devant ceux du Yacht Club de Carthage et du Sporting Club de Bizerte.

I.1 Fédération tunisienne des sports nautiques
À l’indépendance de la Tunisie, en 1956, les activités de la Fédération tunisienne des sports nautiques (FTSN), qui comprennent la voile, le ski nautique, l’aviron et la plongée sous-marine, se développent pour accroître la participation des Tunisiens. Sous l’impulsion de Tahar Darghouth (également parmi les fondateurs des Scouts tunisiens), la section de voile se développe avec ses propres élèves du Collège Émile-Loubet (où il exerce comme professeur de mathématiques) et les scouts (dont il est le chef du district de Tunis).
Les premières activités de la FTSN sont concentrées au Yacht Club de Carthage, basé dans port de La Goulette, alors exclusivement réservé aux Français de Tunisie. Les activités se déroulent ensuite et pour quelques années au Club fédéral de Khereddine (sur le lac de Tunis utilisé alors comme aéroport pour hydravions).
La FTSN, qui comprend alors des sections de voile, d’aviron et de ski nautique, crée des antennes régionales à Bizerte, reprenant la tradition nautique après le départ des Français, mais aussi à Sousse.
Parmi les personnalités liées à la voile figurent :
• Abdelaziz Mathari, qui a assuré le lancement de l’industrie nautique et permis le développement du tourisme balnéaire (activités sportives au sein des unités touristiques) ;
• Taïeb Slim, qui a lancé les activités du Club nautique de Sidi Bou Saïd dès la fin de la construction du port et dont l’école de voile porte le nom ; on lui doit l’achat du « Rashmi », le Mousquetaire du club qui a coulé dans les années 1970 à Korbous ;
• Slaheddine Baly, président de la FTSN entre 1976 et 1989, président du Comité national olympique tunisien, ministre de la Justice puis de laDéfense.
Le premier bureau fédéral permet de positionner les sports nautiques comme l’un des facteurs de développement du tourisme en Tunisie : production des embarcations, notamment avec le chantier naval Skanès (sur l’avenue Mohammed V à Tunis et qui sort des Mousquetaires, des Caravelles, des Vauriens et des Optimists), construction du port de Sidi Bou Saïd et du centre nautique de l’île de Zembra, dans lequel a fonctionné entre 1965 et 1971 un centre de formation internationale en voile et plongée sous-marine.

I.2 Fédération tunisienne de voile
La voile, qui connaît un essoufflement de l’activité dès la fin des années 1970, fait partie de la FTSN jusqu’à la création de la FTV le 14 juin 1989. Même si la voile y est la section la plus importante, il devient impossible de concilier des intérêts aussi différents que ceux de la voile, de l’aviron (section très active et comprenant également le canoë-kayak), de la plongée sous-marine et du ski nautique (qui n’a jamais pris de l’importance). S’ensuit une période de restructurations sous la houlette de Farouk Ben Miled, qui devient le premier président de la FTV et qui prend à sa charge le secrétariat. La FTV est installée dans son agence d’architecture, au numéro 6 de la rue de Madagascar.
Le budget alloué par le ministère de la Jeunesse et des Sports est insignifiant car la voile est toujours perçue comme un sport de riches et n’attire pas son intérêt malgré les nombreuses démarches et le rapprochement de la plaisance avec un nouveau souffle du tourisme. Devant le manque d’intérêt du ministère, l’activité de la FTV s’arrête, aucun budget n’étant plus alloué à ce sport et personne ne se présentant à la présidence de la FTV entre 1990 et 1995.
Prenant prétexte de l’organisation des Jeux méditerranéens de 2001 par la Tunisie, Youssef Ben Miled recense les ressources humaines et matérielles et soumet plusieurs rapports au ministère. Le président Chekib Nouira et le secrétaire général Ben Miled obtiennent alors du ministère un budget acceptable pour la FTV, qui achète des équipements modestes et les distribue aux clubs exsangues. Avec la formation des entraîneurs et juges arbitres, l’organisation de stages à l’étranger et son affiliation aux organismes internationaux, la FTV a désormais pignon sur rue et se professionnalise. Cependant, après le succès des Jeux méditerranéens, et à la suite de la difficulté d’obtenir des médailles au niveau international, le budget fédéral est réduit et ne permet plus l’achat d’équipements.

2012-2016 : Une assemblée Générale élective a été organisée en 2012 et un bureau exécutive a été élu par le vote des clubs présents à l’AGE qui a donné naissance à une équipe jeune et passionnée par l’activité et précédé par Mr Hédi GHARBI .
II. Licenciés

Évolution du nombre de licenciés de 2002 à 2016
Dans les années 1960, la fédération compte plus de 200 licenciés, dont une proportion significative de femmes. Le nombre de licenciés reste faible mais toutefois honorable comparé aux autres disciplines sportives. Ce nombre varie entre 286 et 781 entre 2002 et 2010, du même ordre que celui du cyclisme, de l’aviron, du golf, de l’équitation, du bridge, du canoë-kayak, de l’escrime, de la gymnastique, de la pêche sportive ou de la danse.
En 2010, la voile représente 5,1 % des licenciés en sports nautiques, y compris la natation, et 0,6 % des licenciés en sports individuels. En 2003, elle a représenté 1,1 % des licenciés en sports individuels, avec une proportion d’un tiers de femmes, équivalente à celle de tous les sports en Tunisie.
La FTV envisage en totalité 21 clubs affiliés en 2015 et 2016 élargis tout au long des côtes de la Tunisie qui vaut plus que les 1200 km , plus que 982 athlètes et pratiquants de la voile de tout âges dans les clubs et associations des sports nautiques, 7 différents disciplines dont 4 sont des supports olympiques (laser, Planche à voile, nacra 17, 470) .
III. Affiliations
La Fédération tunisienne de voile est affiliée à la Fédération internationale de voile, à la Confédération africaine de voile, à l’Association internationale de planche à voile, à l’International Laser Class Association et à l’International Optimist Dinghy Association , à l’association international de Nacra 17 , à l’association internationale de Kite Surf